MICHEL

     Michel co.construit l’espace collectif Le Carré Notre-Dame-des-Victoires.

     Entre Michel et le projet du Carré NDV, cela a été une rencontre organique. De celles qui se font simplement, en un déclic, et durablement, avec la constance dans l’entraide et l’authenticité dans la complicité. Des prémisses du chantier au quotidien estival, Michel est toujours là, prêt à donner un coup de main et à encourager la vie de quartier.

Michel.jpg
Ce projet a changé énormément de choses. Les activités dans le parc ont commencé puis les installations sont arrivées et aujourd’hui, il y a plein de monde. Je n’arrête pas de dire à mes connaissances de venir, pour qu’ils s’intéressent plus à la vie montréalaise de quartier. Les gens ne sont pas juste en train de manger, les gens se parlent et les enfants jouent. Je suis heureux du bruit qu’ils font. Tout le monde est là : enfants, bébés, adultes, ados.
35923461_2049392195093527_7577557366644670464_o.jpg
Ce carré-là m’intéresse car ce sont des gens qui viennent dans le parc et qui sont solidaires les uns des autres. La vie de quartier est presque comme une vie de famille. Si le voisin a besoin d’un coup de main, je suis là. J’adore donner un coup de main. Je ne peux pas regarder quelqu’un avec un marteau dans les mains et ne rien faire. C’est de l’entraide. La vie de quartier, ce n’est pas juste une définition physique, avec maison, fenêtre et compagnie, c’est philosophiquement comme une famille. C’est le relationnel qui m’intéresse le plus »

« J’appartiens à ce quartier. Je n’ai pas eu depuis 6 ans que j’habite ici l’envie de déménager. Le seul bruit qu’il y a dans le quartier, c’est les cloches de l’église et les gamins de l’école. Ce n’est pas du bruit, c’est de la vie. Ici on est dans l’Est, qui a toujours été considéré comme plus pauvre. Moi, je n’ai rien contre la richesse, mais j’ai tout contre la pauvreté.
Posted
AuthorLa Pépinière I Espaces collectifs